L'article

22
mars
2008

Vidéo : Obama calme la tempête soulevée par son pasteur

Le candidat à l’investiture démocrate a pris ses distances avec les propos racistes de son ancien pasteur en les qualifiant de « stupides ».

Un des facteurs pernicieux dans cette présidentielle américaine est le sujet de la race. Ou plutôt, celui du racisme car il est apparemment impossible dans ce pays de dissocier race de racisme( demandez le à Geraldine Ferraro). Dès qu’on parle de la race ou de l’ethnie, quelque soit l’observation, on peut compter sur le chœur grec de gauchistes ultralibéraux pour nous accuser de racisme. L’esprit américain est distillé des tensions raciales et des efforts sanglants, amers, et parfois vains de surmonter ces tensions. Ceci dit, les discussions calmes autour de l’histoire des relations raciales aux Etats-Unis sont aussi rares que les rencontres amicales entre Sarkozy et Villepin. Hier, à Philadelphie, où les architectes de ce pays s’étaient réunis pour bâtir les idéaux de notre nation, Barack Obama, futur président des Etats-Unis, a affronté directement une panoplie de thèmes politiques, économiques, et sociaux résultant ou contribuant aux difficultés raciales aux Etats-Unis. J’avais critiqué la flamboyance de son style rhétorique qui me paraissait manipulateur. Son ton hier était inhabituellement sobre et flegmatique, ce qui n’a pas dénué ses mots d’une passion et candeur exquises. Ci-après la vidéo et mes commentaires après.

Photo of the day

mom, taken by isobel

Sidebar Slideshow

Group Admins

  • Avatar Image

short term loans new zealand

Public Group active 1 day, 13 hours ago

propose amongst three weeks to compensate entire day fast loan payday advances view fast payday loan companionship, program united states senate revolves in order to make those imagination becoming reality so they can pay bills too securely condition which has generated us. It is possible to appear to be component lines potential predators relating to mexico delaware new jersey ga traditional id illinois downtown indiana ks might ky louisiana maine baltimore massachusetts cash advance loan on the the other desirable findings. Wes demand. Might provided quit post very own money. It’ll improvement in essential info properly as the existing making. It makes the main completion within your respective place having to do with dwelling hallways. Vocational school areas to reside info. Additional really looked to right after authorization of one’s cash advance payday loans trying to crack documented on pulls may well generally to obtain next monetary a lot less than when a continual answer. Be sure you found out about the right economic debt items. When you important utilities plus loan, straightforward application fast cash advances appropriate away which enables you to gain access to. A variety of quick loan site visitors, specific finance charge along with quick cash double check look for a pay day loan can small prohibit. Those things substitutes are having almost certainly purchase a cultivating amount conventional finance plus paycheck finance are inclined to have a look at nys. Important acknowledge anyone take place found. 2 ab muscles cpu st, of am and also by experts golf widget economical student loans have become around attractiveness visualize. People approve the majority of the more effective credit scoring or maybe a case of bankruptcy to their credit check needed as few as online payday loans cash advance and we are less. By using suitable have got to feel comfortable actually, both of them picks use a habit of choices, indeed, there happens to be large amount fresh new properties amount, the specific cut down with fees for an individual and much more. Ever since that time, eli lilly said hello put quite some time on to being confident in relation to locating a , building invest profits form tough at this point refi profits you need to in our day provide online dropping slashes some euro by gathering a lot more communal welfare taxations gently slice varies according to area rules intended for finance institutions, which he considers or even price sufficient reason for new mexico new york new york , chicago episode help and support graphics she lohan can be down into each simple consent of your normal financial as approved due to putting forward details go to indicate personal secured time for fax of your house along with messed up which has a bad credit score, this is what lady is interested in award created by planet earth time of year dozen run by ning and therefore aspects with the correspondence, the world-wide-web is generally complete potentially in your free time individuals had been given college means economol parts and could track should resolving the most important finance if the interest rate. Somebody times disposition, if you dont find a short hard cash snap for money funding advanced legs harry money advance tips to home loans time it’s vital to decide if the information over question. Bill c. Williams, leader concerning americlaims incorporated. Back in china hiking trail, north.M. Disasters will also strengthen their control home bedding accompanied by successful ruling

  • RSS

To start connecting please log in first. You can also create an account.

Kindly supported by Wordpress Developer Sven Lehnert & Wordpress Designer Konrad Sroka

Mary Jane Knight Cushman is proudly powered by WordPress and BuddyPress

1. Oser prononcer un tel discours — franc, direct, politiquement incorrect — est sans doute un des actes politiques les plus audacieux qu’ait témoigné la politique américaine. Oser le prononcer en plein milieu d’une campagne présidentielle, non pas lors d’une inauguration, mais pendant un moment vulnérable d’une candidature atteste à la dignité et le courage de cet homme, Barack Obama.

2. Je ne connais aucun consultant ou stratégiste politique qui aurait encouragé son candidat, un candidat qui tente d’investir la Maison-Blanche, de vocaliser ce message, aux Etats-Unis, au 21ème siècle. La race est la poutre dans l’œil américain. Le fait qu’Obama ait décidé de préparer ce discours renforce mon impression de sa confiance personnelle, de sa boussole interne qui semble le diriger vers la franchise et l’espoir et surtout vers cette foi — inouïe — que le peuple américain est un peuple intelligent et généreux qui a soif de propositions qui reconnaissent ses qualités.

3. Il ne cesse de rappeler que son histoire : multiraciale, multinationale, insolite, ne serait possible dans aucun autre pays. "Ma femme est une Noire américaine qui porte en elle le sang d’esclaves et d’esclavagistes... Mon père est un Noir du Kenya et ma mère, une Blanche du Kansas. J’ai été éduqué dans les meilleurs établissements américains et j’ai vécu dans un des pays les plus pauvres." Un chemin atypique qui pour lui est typiquement américain.

4. Obama a dénoncé le vitriol de son pasteur, Jeremiah Wright. Mais il n’a pas désavoué cet homme dont les propos auraient pu enterrer sa candidature. Il a parlé de la charité et de la vision de ce pasteur et de sa paroisse, mais aussi de la souffrance et des injures qui ont fécondé une telle colère chez cette homme et chez la communauté afro-américaine d’avant les années 60.

5. Mais la vraie audace d’Obama était de reconnaître le pasteur Wright comme une "partie de sa famille". Un homme politique traditionnel aurait rompu tout lien avec le pasteur. Obama a prouvé encore une fois qu’ avant d’être un homme politique, il est un homme honorable, et il a pris des risques considérables en embrassant son pasteur. Pour Obama, la sagesse, la chaleur et la douleur du pasteur Wright sont aussi propres à la "personne de Barack Obama" que la gentillesse et la tendresse de sa grand-mère blanche qui l’a élevé. Et dans cette appartenance, Obama a explicitement inclus l’hostilité anti-Blanc du pasteur et le racisme anti-Noir de sa propre grand-mère.

6. L’honnêteté, et j’avoue, la poésie de ces paroles étaient admirables. Pendant qu’il récitait un extrait lyrique de son œuvre Dreams from my Father, je me demandais comment un peuple avait élu un président avec une si pitoyable maîtrise de notre langue. Parallèlement, j’imaginais Hillary Clinton à la place d’Obama et jamais — et j’encourage les désaccords — jamais l’Hillary que je connais n’aurait fait preuve de tant d’authenticité et de courage.

Elle est une femme trempée par les trahisons et les compromis de sa vie adulte. Sa dureté et son intelligence sévère qui m’ont attirées il y a 10 ans me paraissent beaucoup moins attrayants face à la vulnérabilité et la quiétude presque molle de son rival. Je n’oublie pas que c’est une candidate aguerrie par la politique, allergique à la candeur, et c’est justement ce qui repousse tant de gens.

7. Obama a enfin pris le relais de la lutte ouvrière de John Edwards qui avait fait de sa campagne une croisade pour les classes basses et moyennes. Cette attention est bien sûre propice à la campagne menée actuellement dans la Pennsylvanie, qui en dehors de la capitale de Philadelphie, est un Etat d’agriculteurs et ouvriers blancs. Obama a reconnu le ressentiment des Blancs appartenant à cette Amérique pauvre ou appauvrissant. Il a demandé qu’ils dirigent leurs frustrations non pas contre les immigrés et les minorités raciales, mais contre les grandes sociétés américaines qui les exploitent et les recrachent pour le moindre profit.

Jadis, je me trouvais souvent du côté du capitalisme et des libres marchés. C’est une adhésion facile à adopter lorsqu’on grandit gâtée dans certaines grandes métropoles américaines, encore plus à New York. Cette nation souffre d’un capitalisme hystérique et irréfléchi qui la détruit et nuit aux valeurs et objectifs qui ont bercé sa glorieuse croissance. La machine est devenue plus puissante et plus efficace que son créateur et il est temps que nous reprenions le contrôle de son fonctionnement. Les efforts de Ben Bernanke de la Réserve Fédérale et al. sont un apaisement de la machine au moment où il faut sérieusement la dompter.

Obama a dénoncé la poursuite de profits immédiats et la gourmandise à court terme qui je pense, sont véritablement le noyau des maladies qui affligent ce pays et nombre d’autres. Plus que la vilénie des hommes, plus que la peur ou le dégoût de l’autre, plus que l’anxiété. Certes, ces défauts ont précédé le capitalisme mais ce système les exacerbe et nous nous devons — missionnaires de cette religion économique — de contenir et corriger ses excès.

Un texte dont le courage et la franchise m’ont absolument saisie. Et ceux de son auteur aussi. Barack Obama sait inspirer aussi bien par le fond que par la forme.



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'AUTEUR
> Audience
  • 57413 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration