L'article

14
avri
2014

Messanga Nyamding dénonce l’absence de soutien du RDPC au "Biyaiste" Pius Ottou, lors de ses Obsèques

© Joseph Flavien KANKEU | Le Messager

Prenant la parole au nom des amis de l’illustre disparu, l’universitaire et enseignant a clairement indiqué que le régime en place n’a pas été reconnaissant face au travail titanesque que celui-ci a abattu de son vivant en faveur du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc).

Camille Mouthé à Bidias, le délégué du Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) s’est contenté de lire le message de condoléances du secrétaire général Jean Nkuété. Aucun mot de plus venant de ce mandataire du parti au pouvoir, interpellé au préalable par Pascal-Charlemagne Messanga Nyamding, parlant au nom des amis de Pius Ottou. L’enseignant à l’Institut des relations internationales (Iric) a souligné dans son propos que Pius Ottou n’a pas été récompensé pour son patriotisme et pour son attachement au parti au pouvoir qu’il servait pourtant à toute heure. « Il était un patriote. Il aimait son pays. Mais il n’a pas été récompensé à juste valeur. Que cela plaise ou pas, nous menons un combat de vérité », a-t-il martelé. C’était samedi, 12 avril 2014 à Ngoumou, un village situé dans l’arrondissement de Mbankomo, à l’occasion des obsèques du célèbre économiste. Une déclaration qui rejoint celle de la veuve au lendemain du décès de Pius Ottou. Celle-ci dénonçait sans ambages l’ingratitude du parti au pouvoir, qui n’a rien fait pour faciliter l’évacuation de son époux.

Le directeur général du Fonds national de l’emploi (Fne) a pris le micro pour se contenter de délivrer le contenu du message de Jean Nkuété. L’illustre disparu qui défendait contre vents et marées les positions de son parti dans les chaînes de radio et de télévision a vécu dans la précarité totale. Ce, dans l’espoir d’être un jour récompensé jusqu’à la dernière minute de sa vie. Présenté comme un « biyaiste » par Messanga Nyamding, Pius Ottou est mort à 52 ans, après trois semaines de maladie. La cérémonie a connu la présence d’une forte délégation venue de la chefferie Bamendjinda dans le département des Bamboutos. L’illustre disparu a été fait notable dans cette chefferie en 2009. « Il était de passage dans les Bamboutos et a décidé de visiter notre chefferie. Et comme nous célébrions une fête qui se tient tous les cinq ans, nous l’avons reçu comme le veut la tradition qui recommande qu’à cette occasion, on remette la tête de l’animal au visiteur. C’est ainsi que le chef supérieur lui a donné le titre de Oumbé Sagoung », a expliqué le représentant du chef Bamendjinda. Cependant, les élites de la Mefou et Akono ont curieusement été invisibles sur les lieux.

Joseph Flavien KANKEU à Mbankomo |Le titre est de la rédaction



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 221 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration