L'article

8
avri
2012

Mali : Pourquoi la France en voulait à Amadou Toumani Touré (ATT)

Officiellement, Paris dénonce avec la plus vive énergie le coup d’Etat qui vient d’avoir lieu au Mali. Mais en diplomatie, la vérité est dans les nuances. Alors que les Etats-Unis et un communiqué du Conseil de sécurité de l’ONU appellent très clairement au rétablissement du président Amadou Toumani Touré dans ses prérogatives, la France se contente d’exiger des élections au plus vite et de suspendre sa coopération avec le Mali, comme le veut une coutume qui n’a été remise en cause ces dernières années que pour les putschistes du CNT libyen. La France avait de nombreuses raisons d’en vouloir à Amadou Toumani Touré, même si l’on peut supposer qu’elle comptait davantage sur des élections que sur un coup d’Etat pour s’en débarrasser.

La pomme de discorde du « pacte migratoire »

Paris en voulait à ATT pour des raisons bilatérales en premier lieu. Le président malien avait refusé de signer un « pacte migratoire » avec Paris. Un pacte destiné à limiter l’immigration régulière, à lutter contre l’immigration clandestine, et qui devait subordonner toute aide au développement à l’adhésion du Mali aux objectifs français en termes de contrôle des flux de population. « Malgré les pressions exercées par le Ministère de l’intérieur ou le gouvernement français sur l’État malien, ce dernier a refusé d’apposer sa signature. Pour le Mali, le très faible taux de régularisation des ses ressortissants présents en France (et qui risquent donc l’expulsion) est une question sensible : pour cause, le montant des transferts de fonds effectués par les Maliens vivant en France est estimé à 295 millions d’euros par an, soit 11 % du PIB malien », révèle une note du Comité catholique contre la faim pour le développement (CCFD).

La question de la gestion de la crise en Libye et du problème du Nord

L’opinion publique malienne a pris fait et cause pour l’ex-« Guide » libyen Muammar Kadhafi durant son duel avec les rebelles du CNT, à tel point que des marches de soutien ont été organisées à Bamako. ATT était sur la même ligne et s’est clairement inquiété des conséquences de l’équipée de l’OTAN en Libye pour la stabilité de son pays et a reproché aux Occidentaux de n’avoir rien fait pour désarmer la Légion islamique de Kadhafi – composée en grande partie de Touaregs aujourd’hui liés à l’insurrection.

La France s’est par ailleurs montrée agacée par le refus d’ATT de la laisser intervenir directement sur son sol dans le cadre de la lutte contre AQMI (Al Qaida au Maghreb islamique) et est allée jusqu’à accuser mezza voce son entourage de profiter du business des rançons payées en échange des otages occidentaux. La Première Dame malienne n’avait pas payé des biens de consommation avec des billets de banque ayant transité par les mains des preneurs d’otage ?

Paris complice du MNLA ? La grosse suspicion qui a tout gâté

Une bonne partie de l’opinion malienne et des officiels du régime ATT dénonçaient, ouvertement ou pas, la complaisance de la France pour les rebelles du MNLA, malgré leurs crimes odieux. Alors qu’ATT insistait sur le respect de l’intégrité territoriale du Mali, l’ancien colonisateur était en tout cas – comme en 2002 en Côte d’Ivoire – favorable à un cessez-le-feu et des négociations avec les rebelles touareg sans aucun préalable en termes de désarmement. « C’est peu dire que l’éviction d’ATT a été suivie de près à Paris, qui voit partir sans regret un partenaire jugé insuffisant face aux grands défis du Sahel – instabilité, développement, immigration et terrorisme. Certes, mardi, Alain Juppé a condamné le coup d’État, appelé au respect de l’ordre constitutionnel et à la tenue « le plus vite possible » des élections prévues le 29 avril. La France a aussi annoncé la suspension de sa coopération avec le Mali, hormis l’aide humanitaire et la lutte antiterroriste. Mais des sources diplomatiques n’hésitent pas à jeter une lumière plus crue sur un président malien « fatigué » et un pouvoir « en manque de confiance » par rapport à la population. D’autres parlent d’un président « dans le déni » de la gravité de la situation militaire au nord du pays, dans le déni aussi du dialogue avec les rebelles touaregs, que Paris juge nécessaire », résume ainsi Le Figaro.

Par deux fois, Christian Rouyer, ambassadeur de France au Mali, s’était déjà signalé par des sorties peu diplomatiques (voir encadré). « J’ai entendu que l’Etat n’a pas joué son rôle. En fait, la classe politique n’a pas joué son rôle ! Combien de débats à l’Assemblée nationale sur le Nord-Mali ? Combien même de questions orales ? (…) La classe politique a démissionné au nom d’un consensus de façade qui lui a fait perdre tout esprit critique », disait-il ainsi, appelant quasi-ouvertement les députés à contester les options d’ATT.

—  Aaron Agien Nyangkwe Journalist-OutCome Mapper



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 1775 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration