L'article

31
mai
2012

Le « zombie cannibale de Miami » a attaqué sa victime pendant 18 minutes

Un bad trip sous acide peut-il expliquer la rage incontrôlée de l’homme abattu par la police de Miami, samedi, alors qu’il était en train de déchiqueter le visage de sa victime avec ses dents ? C’est la piste évoquée, lundi, par les forces de l’ordre.

Qui est le « zombie cannibale » de Miami ?

L’homme, 31 ans, a été identifié comme Rudy Eugene. Selon son casier judiciaire, il a été arrêté à huit reprises depuis l’âge de 16 ans, notamment pour coups et blessures –des charges par la suite abandonnées. « Je ne dirais pas qu’il avait un problème psychologique mais il avait toujours l’impression que le monde était contre lui », a confié son ex-femme au Miami Herald. Le couple est resté marié 18 mois, avant que sa femme ne le quitte en 2007 car il était devenu « violent ». Selon son oncle, Eugene était « un jeune homme qui travaillait dur ». Samedi, il est « parti à vélo et n’est jamais revenu ».

Que s’est-il passé samedi ?

La bande de vidéosurveillance ci-dessous montre deux hommes nus, couchés sur la chaussée, alors qu’une voiture de police arrive sur les lieux (note : les images peuvent choquer mais ne contiennent pas de gros plans de l’attaque ou du tir du policier).

La victime identifiée, entre la vie et la mort

La victime a finalement pu être identifiée. Ronald Poppo, un sans-abri de 65 ans, se trouve actuellement à l’hôpital, entre la vie et la mort. Selon les forces de l’ordre, il aurait perdu entre « 75 et 80% de son visage », notamment le nez et les yeux.

La drogue à l’origine de la rage meurtrière ?

Armando Aguilar, un porte-parole des forces de l’ordre de Floride, a expliqué que Rudy Eugene était sans doute sous l’influence d’une drogue baptisée « bath salts » (sels de bain), qui désigne plusieurs narcotiques de synthèses proches du LSD et de l’ecstasy, très en vogue depuis 2010. « Cela peut vous faire péter les plombs et vous rendre extrêmement violent », a-t-il précisé à CBS.

Une condition médicale controversée

Selon les médecins, plusieurs cas similaires ont déjà été relevés, causés par la drogue, notamment lors de raves, ou par un problème mental. La température corporelle s’élève, poussant une personne à se débarrasser de ses vêtements. La rage augmente souvent sous la pression d’une immobilisation et plusieurs décès ont été enregistrés. Mais si les forces de l’ordre parlent depuis une dizaine d’années de « délire agité » (« excited delirium »), cette condition n’est pas reconnue par le monde médical.

Des consignes pour appréhender une personne dans cet état existent, mais elles nécessitent une collaboration entre les forces de l’ordre et les secours, via des tranquillisants. Dans le cas de Rudy Eugene, l’autopsie devrait permettre d’en apprendre davantage.

Philippe Berry

Source : 20minutes.fr



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 306 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration