L'article

4
avri
2009

La reine en est venue aux mains avec Michelle Obama…

Le vieux continent attendait le messie de l’Amérique avec impatience. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la queen gardera un souvenir plus qu’ému du passage de la chaleureuse Michelle Obama dans son royaume…

Avant de se rendre au dîner donné au 10, Downing Street, Barack Obama a souligné que sa rencontre avec la reine avait été « formidable ». « Sa Majesté est charmante », a-t-il insisté dans un sourire épanoui. Mais que s’est-il passé, au juste, dans l’intimité des appartements de la reine ?



Un an après le voyage officiel des amoureux de l’Elysée, la reine Elisabeth II a invité le couple présidentiel américain dans son salon privé du premier étage de Buckingham Palace. Rappelez-vous, il y a un an, Carla Bruni-Sarkozy assurait à merveille en total look BCBG : manteau gris ceinturé, petit béret assorti et mains gantées. Classe et distinction héritée de la haute bourgeoisie, froideur raffinée et aisance innée, elle enchantait le royaume et les médias britanniques, persuadés d’avoir trouvé la nouvelle « Jackie Kennedy ».

Loin du conte de fées de Carla et Nicolas, les époux Obama n’ont pas eu droit aux carrosses dorés. Rassurez-vous, Michelle, la stature imposante, les courbes fermes et assumées, n’a pas esquissé un pas de danse, cassé les porcelaines Wedgwood, ou décroché les portraits des illustres ancêtres princiers… Non, la beauté black des ghettos de Chicago dont la jovialité frôle parfois l’impertinence était toute en retenue.



Simplement vêtue du débardeur de satin blanc, d’une jupe noire à l’ourlet sage et d’un petit gilet sombre, la First Lady n’avait pas exagéré sa mise, non plus. Oublié le joli bibi et la génuflexion de Carlita, Michelle Obama est restée la tête découverte, et la silhouette droite. Sobriété de circonstance (ou méconnaissance du protocole), elle ne s’est pas pliée à la révérence. Par chance, Barack n’a pas sacrifié non plus au rituel du baisemain (dont la reine a une sainte horreur). Venue déguster une « cup of tea » avec « une personnalité symbole de l’élégance et de la politesse », selon ses propres mots, la nouvelle dame de Washington a ensuite papoter en veillant à maîtriser son franc-parler. Mais ce sont ses gestes qui ont parlé ! Tel le tactile Jacques Chirac dans ses heures de gloire, Mrs « O » a tapoté le dos de Lilibet !

Le Daily Telegraph rapporte que Michelle Obama a « brisé le protocole royal », en enserrant de son bras athlétique les épaules d’Elizabeth II. Surprise par ce contact impromptu, Sa Majesté a eu un vif mouvement (toute proportion gardées) de recul. Elle a jeté un regard assassin à la locataire de la Maison Blanche. Puis notre royale octogénaire s’est ravisée et a considéré d’un œil nouveau ce débordement d’affectivité. La souveraine, « plutôt que d’être offensée », ou de blâmer le décalage horaire, a répondu en prenant par la taille son invitée. Le (très conservateur) quotidien britannique remarque « qu’en 57 ans, jamais la reine n’a été vue ayant ce genre de geste qui est tout a fait contraire au protocole interdisant de la toucher ».
Alors, est-ce vraiment un crime de lèse-Majesté pour notre femme de poigne ? Cet élan spontané est plutôt une grande première qui bouscule, au sommet, règles de bienséance et secrets de grands-mères !

Source:gala.fr



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 594 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration