L'article

4
déce
2009

GOLFEUR COUREUR : Tiger Woods au fond du trou

Tiger Woods avait une image inaltérable, habilement polie, il incarnait le sportif modèle pour bien des Américains. Mais plus maintenant...

"Personne n’a atteint ce niveau de perfection sur le green et en dehors, jamais peut-être, sans une seule tache pour ternir son image" note Dave Cesniuk, directeur des opérations au Centre pour l’étude du sport dans la société de l’université Northeastern. "La vraie question ici, c’est de faire coïncider ce que l’on attend de vous avec la réalité", poursuit l’universitaire. "Ce gars est un être humain et nous l’avions oublié".

Woods s’est excusé mercredi pour des "transgressions" non précisées, alors que commençaient à sortir des articles sur des infidélités répétées, dont une affaire avec une hôtesse de club. D’autres idoles du sport ont connu la même descente aux enfers, comme le nageur Michael Phelps, photographié avec une pipe de marijuana, et la sprinteuse Marion Jones, perdant ses médailles olympiques pour dopage, ce qu’elle a longtemps nié.

Woods, en revanche, était unique : un nom reconnu internationalement, évoquant la perfection et la grandeur. Ses sponsors et ses coaches, ses chroniques brillantes dans la presse, et particulièrement Woods lui-même ont travaillé cette image. "Le public s’est lassé, est devenu indifférent" estime le psychologue Stanley Teitelbaum, auteur de "Sports Heroes, Fallen Idols". "Mais personne n’attendait cela de Tiger Woods. Maintenant, avec ce qui lui est arrivé, les gens ne sont plus indifférents, mais déçus, ils ont perdu leurs illusions".

Steve Elling, commentateur sportif sur CBSSports, a écrit cete semaine que les fans, lui compris, étaient naïfs d’avoir ainsi hissé Woods sur un piédestal. "Nous avons appris maintenant à accorder notre admiration, mais avec un grain de sel. Avec Woods, nous avons avalé la salière". "Dites le avec moi", poursuit-il : "Plus jamais".

Woods, tout en s’investissant dans le sport, avait veillé tout au long de sa carrière à apparaître comme un golfeur, mais également comme un fils aimant ses parents, un bienfaiteur des enfants défavorisés, un bon père qui jouait moins au golf pour garder du temps pour ses enfants. Il ne s’engageait pas dans des causes sociales, cependant, et il a parfois tenu des propos jugés crus. Mais depuis 1997, il avait la fibre d’un sportif exemplaire. "Je pense que c’est un honneur d’être un modèle" avait-il déclaré dans une interview à Business Week. "Si vous avez l’occasion d’influencer quelqu’un positivement, il faut le faire, et c’est ce que je veux faire. Tout est là".

Cet objectif, Woods l’a atteint, estime Teitelbaum. "Comme modèle, il a 20 sur 20", considère le psychologue. "Et les enfants sont désespérément à la recherche de quelqu’un vers qui regarder... Les gens ont fait de lui le héros sportif désigné".

"Mais cela implique la responsabilité d’être bien plus prudent, plus transparent, et si quelque chose arrive, de le traiter ouvertement".

Joe Kelly, responsable d’un groupe intitulé Pères et Filles, souligne le role des parents. "Il y a un rôle parental important à jouer auprès des enfants". "Il faut leur expliquer que leurs idoles ne sont pas sans failles, et qu’ils risquent de les décevoir, comme leurs parents parfois".

Source : 24Heures.ch



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
> Audience
  • 749 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration