L'article

18
mai
2012

A Washington, Hollande et Obama plaident pour la croissance

La crise de la dette dominera le G8 vendredi 18 et samedi 19 mai aux Etats-Unis, où le président américain et son homologue français ont plaidé en faveur de la croissance pour compenser les mesures d’austérité. "Le président Obama a pu marquer une convergence" de vues avec la France, a déclaré François Hollande à l’issue de son premier entretien à la Maison Blanche, dès son arrivée sur le sol américain, vendredi.

S’il a toujours loué les qualités de Nicolas Sarkozy, Barack Obama a marqué, en retour, sa volonté de perpétuer avec son successeur une bonne relation avec la France, que les Américains "chérissent profondément", a-t-il dit.

LA GRÈCE AU MENU DU G8

Au moment où le blocage politique en Grèce fait craindre un retour de la Grèce à la drachme, le chef de l’Etat français a souligné que lui et son hôte avaient "la même conviction que la Grèce doit rester dans la zone euro". La situation politique et financière de la Grèce sera "nécessairement" au menu du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays du G8 qui s’ouvre vendredi soir à Camp David, a renchéri le président français.

Washington, tout en se défendant d’interventionnisme, a multiplié ces derniers jours les déclarations favorables vis-à-vis de "l’évolution des discussions et du débat en Europe sur l’impératif de l’emploi et de la croissance", selon l’expression jeudi du conseiller de sécurité nationale de Barack Obama, Tom Donilon.

Candidat à sa réélection le 6 novembre, le président américain surveille de près la situation en Europe, de nature à provoquer des "vents contraires" pour une économie américaine. Tom Donilon a assuré jeudi que Barack Obama n’avait pas l’intention d’exploiter les différences d’approche notamment entre François Hollande et Angela Merkel. "La nature de ces conversations sera consacrée au but commun de gérer la crise actuelle au mieux, et de se placer sur le chemin d’une reprise durable", a-t-il affirmé.

RETRAIT DES TROUPES FRANÇAISES D’AFGHANISTAN

Outre le sommet du G8, le président français doit participer à partir de dimanche à un sommet des pays de l’OTAN à Chicago. Reçu vendredi à la Maison Blanche, il a rappelé sa promesse de rapatrier le contingent français en Afghanistan d’ici la fin de l’année, tout en indiquant que Paris soutiendrait la mission de l’OTAN en Afghanistan par d’autres moyens. Vendredi, François Hollande a tenu à rappeler que sa décision de retirer les troupes françaises combattantes d’Afghanistan n’était "pas négociable".

Le président français a également précisé que le traité franco-afghan signé début 2012 par son prédécesseur Nicolas Sarkozy serait "ratifié", et ses dispositions prévoyant un soutien à la formation des forces de police et de sécurité afghanes honorées.

Source : Le Monde



repondre Réagir à cet article    

Les commentaires (0)

> L'ARTICLE EN IMAGE
> L'AUTEUR
-
Site perso
> Audience
  • 36 visites
> Faire suivre l'info

ARTICLES SIMILAIRES


 
Administration